Loading ..   Chargement ...

Association de Tourisme Equestre du Pays de Vitré
 Accueil > Randonnées
Loading ..

Prochaines randos :

<< PrécédentsPages : 1 2 3 4 5 6 7 8  Suivants >>


La Chapelle Saint Jouan22/08/2004

Une petite randonnée organisée sur une journée par les cavaliers de Saint Malon / Mel. L’occasion de parcourir le cœur de la forêt de Brocéliande qui est privée le reste de l’année. Repas très convivial organisé par les habitants de la région, suivi d’un défilé d’attelages, d’un petit trec uniquement pour les cavaliers volontaires . Diverses attractions et jeux sur le terrain situé tout près de la chapelle (dont la rénovation est possible gr ce aux fonds récoltés par l’organisation de cette manifestation)


Breizh Tour30/07/2004

Comme les années précédentes, il s’agit d’une opération de grande envergure, y compris pour les T-shirts dont la taille est plus que respectable !
Vendredi 30, départ pour l’aventure ; je rejoins Michel sur la voie rapide au niveau de Mordelles, les choses commencent réellement…… Quelques 200 kms plus loin elles continuent moins bien, une roue de van de Michel est crevée, la roue de secours à plat, mais nous faisons face à l’adversité et tout s’arrange.
Arrivée à Lestréguéoc, le camping est sympa.
Pierrick, préoccupé par sa surcharge pondérale a préféré partir incognito au petit matin pour ne pas se faire repérer.
Henri est là également. Aidé de Baptiste, ils viennent de créer de nouvelles formes pour une toile de tente.
Les paddocks sont faits, tout baigne.
Christian et Martine arrivent à leur tour.
Rémy, le Monsieur cheval du coin, vient nous prodiguer quelques conseils sur les itinéraires. Il discute attelage avec Annet.

1ère boucle, autour de Pouldreuzic, chemins sympas, ambiance agréable, Erwann se laisse aller et se prend pour Schumarer, confond cheval et ferrari. Dans un virage il dérapa et puis sur l’herbe se retrouva (air connu), rien de grave.
Tout comme la veille, le repas chez les Durand, propriétaires du camping, est précédé d’un excellent apéritif local.
Le lendemain, Henri, préposé au petit déjeuner, s’est levé très tôt pour assumer sa t che. Pendant que nous prenons notre café, il s’active à des travaux de couture sur ses sacoches. Lui que l’on pourrait qualifier de gros bras en le regardant, se révèle être une parfaite petite main.
2ème étape.
Départ pour la pointe de la Torche, en arrivant dans les dunes, on peut voir plusieurs couples de sexe masculin, vêtus de tatouages qui roucoulent au ras du sol.
Le galop sur la plage est grisant. Martine cherche à prendre la tête puis freine brusquement à la vue d’un monsieur musclé qui n’est habillé qu’avec de l’ambre solaire.
Christian fait celui qui n’a rien vu………
Le pique-nique nous est livré à la maison des oiseaux par Annet et Hervé.
3ème étape
La pointe du Raz se laisse un peu désirer par delà le brouillard. Comme toujours, tout va mieux après le repas de midi, près d’un vendeur de frites, personne n’a résisté.
Le paysage est splendide. Pendant ce temps, Annet et Camille sont allées frimer à la pointe de la Torche en attelage, prêté par Rémy.
Avant de partir pour ST Thurien, nous dégustons moules à la mode charentaise, plus sardines et maquereaux grillés.
Le moulin de Kerchuz est remarquablement situé, le ménage intérieur est remarquablement mal fait !!!!
Les familles Planchenaud et Gauffre nous attendent, encadrées par le Général du Pommeau.
Il ne manque que Françoise pour qui nous avons une amicale pensée.
Les cuisinières préparent le repas du soir ; tout est délicieux, le Général offrira la tournée au moment du digestif.
Les conditions d’hébergement ayant changées, des appréhensions au sujet de dormeurs bruyants apparaissent.
Contrairement au pic du Canigou que tous les cyclistes connaissent, le pic du « Ronron » n’est atteint que par certains dormeurs, après une bonne rando et un repas copieux, la conscience tranquille, ce qui fait dire aux intolérants que quelques-uns uns atteignent des sommets !
IL paraît que l’on m’aurait entendu alors que ma tente était entièrement fermée. Enfin……….
Au matin, on pouvait voir les reposés et ceux qui les avaient guettés toute la nuit.
4ème étape
La boucle de ST Thurien a permis d’effacer les petites rancœurs.
La rando se fera en 2 groupes. Le terrain est accidenté mais les chemins toujours aussi beaux. Une petite particularité, dans la forêt où coule le ruisseau ST Antoine, Catherine a noté que le Nord se situait en bas de la carte alors que partout ailleurs il était en haut. Après bien des hésitations, le bon chemin est apparu. En fait, il suffisait de retourner la carte…. Elémentaire non ?
La seconde nuit au moulin est aussi sonore que la précédente. Les amis allemands qui nous accompagnent depuis le début, décident de faire bande à part et de dormir dans la salle à manger.
5ème étape
La boucle de St Querien n’amène aucun commentaire particulier.
Pierre Chiron PDG des faïences de Quimper HB Henriot nous rejoint au repas du soir. Le lendemain sera consacré à la visite très intéressante de la faïencerie.
A la fin de cette journée de repos, nous organisons le transfert des vans vers le gîte suivant à Barregant.
6ème étape
Le trajet Kerchuz Barregant s’effectue à cheval, à la rencontre de nombreuses chapelles toutes plus belles les unes que les autres.
Ô merveille, le gîte dispose de 2 chambres ! Les intolérants d’un côté, les adeptes de la ronflette de l’autre. Quelle paix mes amis dans le coin de la ronflette ! Du côté des intolérants, ils s’auto surveillent, se menacent d’expulsion etc.…. La preuve est bien là, il ne s’agit pas de bruit mais de volonté d’épier son voisin de lit toute la nuit en prétextant le matin ne pas avoir pu dormir. Triste constatation !
7ème étape
Le circuit suivant, boucle de Priziac voit l’apparition d’un mouvement indépendantiste féminin.
Ces fières cavalières décident de former un groupe à elles seules et de randonner ainsi. Profitant de l’absence de Françoise, elles décident malgré tout de se faire accompagner d’une sorte de chevalier servant et choisissent Patrick pour tenir ce rôle. L’intéressé grandit immédiatement de quelques centimètres et de dit prêt à assumer le rôle de coq au sein de cette basse-cour.
Finalement, les filles ne se sont pas perdues, elles étaient à l’heure au pique-nique et à l’arrivée. Bravo Monique !
Le soir c’est la fête à ST Guénolé, mais des St Guénolé il y en a partout………….Pas facile de s’y retrouver. Nous avons quand même pu manger à l’un et assister à un bal très populaire à l’autre. Les Allemands vont garder un drôle de souvenir de la culture bretonne !
8ème étape
Après la journée de repos, l’étape suivante nous fait parcourir les Montagnes Noires. Les filles persistent dans leur dissidence et Patrick persiste à faire l’accompagnateur. Michel aurait bien voulu le remplacer. Il n’arrête pas de fredonner un air de Brassens où Piétra rime avec Viagra, mais nous n’en saurons pas plus !
Martine aurait essayé de mettre son cheval au courant sur une clôture électrique. Il paraît que ça ne marche pas.
9ème étape
Dernier jour, réveil de bonne heure, que d’eau, que d’eau ! Après moi le déluge (phrase prononcée par le premier utilisateur de wc avec chasse d’eau).
Ca tombe à seaux. On part ou on ne part pas ????
1heure de réflexion puis on part. Petite averse jusqu’au repas de midi et puis là, vive la Bretagne !!!!
Imper, bottes, chapeaux, tous ces accessoires sont devenus inutiles. Il aurait fallu une combinaison de plongée et peut-être même un tuba ! On s’en souviendra.

Voilà, c’est fini, c’était super, merci à Pierrick et Monique pour l’organisation, merci aux jeunes d’avoir été aussi sympa avec leurs aînés, merci aux aînés d’avoir autorisé aussi facilement ces jeunes à faire la vaisselle !
Merci aux chevaux, merci aux accompagnateurs, qu’ils soient livreur de pique-nique ou touristes germains (presque cousins) à la découverte de la France, et pourquoi pas merci à ST Guénolé.
Coucou au vermisseau qui se reconnaîtra.

Et comme dit l’autre, à l’an prochain si vous le voulez bien !

Alain


Saint-Guyomard - Saint-Laurent/Oust10/07/2004

- Oh Henri, les cartes sont à l'échelle?
- Bien sûr Pierrick, c'est artistique!
- Le paysage est magnifique, et dire qu'il y en a dans les embouteillages!
Superbe accueil, superbes averses, supers soldes à Vannes, super repas, super dodo avec Boucle d'Or et les trois ours.
Petit déjeuner royal, balade avec machette, canons à trois voix et accueil chaleureux par les autorités saint-laurentaises.
Merci à Henri, Baptiste, Roland, Pierre et Christine (nos hôtes)!

Roland


Pays de Galles19/05/2004

Randonnée inoubliable dans le Brecon Beacons.
Tous les matins, après un solide petit déjeuner (breafast without beans pour certains mais avec plusieurs saucisses pour d’autres) un mini-bus nous emmène aux pieds de la montagne et de nos robustes montures déjà sellées.
Christine notre guide carte en main nous dirige vers de merveilleux espaces montagnards ou se côtoient moutons et poneys sauvages.
Splendides paysages qui n’ont d’éGALLES que les émotions qu’ils nous procurent : « fleurs bleus pour certains, rhododendrons pour d’autres sans oublier les senteurs d’aubépine, quel réGALLES .
N’oublions pas les moments de frinGALLES au « vittel-pêche » d’Hubert toujours prévoyant, les excitations de certains Cow-boys pour chauffer et préparer leurs montures aux GALLESop effrénés, la chute d’Annick sur son astraGALLES (ou presque), ou encore le « Henri please would you close the gate ».
Bref après toutes ces émotions soirées très conviviales (apéritif, repas traditionnel, pub….) point besoin de ciGALLES pour s’endormir au rythme des ronflements contagieux.
Ah j’oubliais la frayeur du premier jour à la douane pour vérifier si Baptiste était bien le fils léGALLES.
Enfin et surtout MERCI à Pierrick pour l’organisation sans faille de ce superbe voyage.

Roland


Rando Tête de Veau13/03/2004

Vous avez dit « Rando Tête de Veau », ce fût plûtot « Tête de Veau – Rando » tant le déjeuner du samedi fût important et appréciable (arrivée à midi, départ vers 16 h) pour 20 chevaux et 23 personnes.
Départ samedi matin vers 10 h de Bonne Fontaine : parcours périlleux, endiablé et chantonnant.
Retour douloureux pour Jean-Pierre quand le cavalier et le cheval prennent un chemin différent !
Soirée bien remplie : apéro surprise, couscous pour faire oublier la tête de veau, chansons, danses…. Bref, une organisation irréprochable à la hauteur de la réputation de nos 3 compères Alain, Michel et J.Pierre et leurs « assistantes », sans oublier l’acueil exceptionnel de Catherine et Thierry dans des installations remarquables.
Dimanche, une boucle de 21 kms, toujours dans des chemins magnifiques.

Martine


Plechatel29/02/2004

Dimanche 29 février, 8h30….J’attends devant chez moi Catherine et Anne-Laure qui doivent me rejoindre pour la rando Pléch tel.
Elles arrivent comme convenu. Nous devons retrouver le Général du Pommeau sur la route.
5 minutes après notre départ, la jonction est faite avec le Général, au Pas, accompagné de son Etendard.

<i>Pour ceux qui ne connaissent pas la région, le Pas est un lieu-dit tout près de Thourie.
Quant à Etendard, c’est le nom de son cheval qu’il voulait appeler Drapeau mais cette année là le patronyme devait commencer par un E.
Le « du Pommeau », vient de la vieille habitude du Général à remplir sa canne creuse dont le haut fait bouchon, d’un mélange de cidre et de calva dont il use et abuse en disant : « tiens, remets m’en un petit coup du Pommeau ».
Enfin, au sujet de son grade, le Général nous faisait croire qu’il n’était qu’un simple bédouin en Algérie.
Je peux témoigner de ses médailles, remises par les plus hautes autorités du pays ( même qu’il penche un peu à droite quand il les porte toutes).
Nous ne pouvons que vouer le plus grand respect à ce fier soldat sans qui, la face du monde serait peut-être différente.</i>

Le convoi file jusqu’à St Malo de Phily (point de rdv).
Nous sommes les premiers ; le Général, en bon stratège, occupe les lieux immédiatement. Sous ses ordres, les véhicules et les vans sont garés au cordeau sur la place.
10 minutes se passent, après quelques pipis le Général trouve surprenant l’absence du reste des troupes qui, sous les ordres du Président doivent nous rejoindre.
Décision est prise d’aller prendre un café, puis deux et après encore un petit pipi le Général inquiet décroche son téléphone.
A noter, il n’a pas le numéro du Président mais celui de Monique, bizarre non ?
Finalement, la communication est établie et Monique lui indique le lieu de rdv, juste en face de notre place, de l’autre côté de la rivière !
Déplacement immédiat et retrouvailles avec les alliés !
Le général salut ostensiblement le Président et lui fait part de sa grande fierté de nous avoir guidés jusque là.Laurent, grand maître d’œuvre de la journée a préparé café, croissants et cartes.
10h30, départ de la rando…..Les chemins sont beaux, le temps également, un peu frais peut-être. Notre guide nous conduit à travers la campagne où se succèdent paysages magnifiques et très belles maisons.Pique-nique sur les bords du Semnon . Une petite pensée pour Jean-Pierre qui en d’autres temps avait été, en ces lieux, agressé par un peuplier (depuis tous les arbres ont été coupés).
Durant le pique-nique on peut retracer la carrière du Président, ancien cadre de l’armée rouge (il a conservé son couvre-chef de l’époque) et, plus longtemps avant, moine ayant (mais c’est pas sûr) tourné dans « Au nom de la rose »(sa capuche en fait foi).
Les troupes du Président mangent plus rapidement que celles du Général. Nous devons faire vite, à peine le temps de chanter Marinette, Françoise est extrêmement pressée. Nous avons remarqué qu’elle ne mangeait pas beaucoup mais, qu’elle fumait d’étranges cigarettes que son mari va chercher spécialement pour elle en Iran.
Est-ce l’effet de ces cigarettes ou autre chose qui nous échappe, toujours est-il que le galop semble être la seule allure qui lui convienne. Souvenez-vous de Ste Suzanne et bien c’est la même chose, yep yep et le cheval vole.
Une question quand même, comment arrive-t-elle à faire fumer ce pauvre cheval ?
Monique qui à priori ne fume pas, est très sensible aux yep yep et part au galop à la suite de Françoise, Catherine et Anne-Laure ne veulent pas être en reste et comme je l’avais déjà évoqué, les femmes nous mènent un train, que dis-je….Une vie d’enfer !!
Heureusement la petite pause chez Tonton Louis et Tante Jocelyne nous permet de souffler un peu et de déguster un excellent produit.
Le Président et le Général, conscients de leur rang à tenir, suivent d’assez loin ces déplacements rapides et avancent tranquillement entre un ou deux pipis.A ce propos, il a été décidé de les équiper de pistolet, non pas que ces chemins présentent un danger particulier lié à la présence d’éventuels coupes-gorge, mais pour pouvoir satisfaire leurs besoins sans descendre de leur monture !
L’heure avance, qq flocons pour nous maintenir au courant de la météo et c’est le retour.
Christine nous attend à l’arrivée avec café, vin chaud et friandises.
Tout est parfait, encore une super rando dans une super ambiance, il serait dommage d’attendre un prochain 29 février pour la refaire (disons le 28/02/05 ?).
J’oubliais, Catherine a essayé de très nombreuses fois d’attirer notre attention sur sa magnifique veste en la laissant tomber régulièrement, malheureusement, le public masculin, inculte en matière de mode n’a pas réagi à ces manœuvres.
A bientôt pour de nouvelles épopées.

Un observateur anonyme.


Sainte Suzanne18/10/2003

Accompagné de mon vieux bédouin (ainsi surnommé car grand spécialiste de danses orientales), nous attendons au péage de la Gravelle les randonneurs du week end.
Après quelques minutes, le président arrive, casquette, chewing gum, accent des rocheuses, tout y est….Yves le suit peu de temps après, et il a prévu les croissants (c’est ça l’organisation !).
Pierrick et Françoise lancés à pleine vitesse avec le camion (Pinder !) n’ont pas pu s’arrêter, quant à Monique, fière de sa remorque, elle est légèrement en arrière.Arrivés à Ste Suzanne, parking agréable et bien dimensionné, Yves propose un petit café (c’est toujours çà l’organisation !)….
Départ pour le premier circuit : chemins agréables, météo favorable, une constatation….Les femmes sont déchaînées !!!!!!
Il y a quelques mois, j’entends encore Françoise crier « pas de galop dans les descentes ». Aujourd’hui on peut entendre « pas de descentes sans galop !!! », c’est difficile à comprendre les femmes lorsqu’elles reviennent des Rocheuses.
Donc, après les galops, le téléphone des groupies de Michel, nous arrivons dans la forêt de la petite Charnie au lieu-dit La triponnière : endroit rêvé pour le pique-nique où cela s’imposant, nous avons fait chauffer …… des tripes !
Retour tout aussi rapide, (on aurait du les laissées enchaînées ces femmes , mais que font leurs maris ?).
Départ vers le gîte, très classe, mise en place des paddocks pour les chevaux, douche et rdv dans la salle à manger.Là, surprise, on nous apprend que c’est l’anniversaire de Monique (c’est sûrement pour ça qu’elle était déchaînée). Elle nous offre une petite soupe des îles, très agréable bien qu’un peu trop…Pour certain, mais ce n’est pas trop d’alcool, ce serait un peu trop de… (j’ai oublié…). Même avec un peu trop, c’est très bon.
Au cours du repas, alors qu’on joue les parfaits touristes, on apprend que dès le moyen ge, des moulins fabriquaient de l’électricité pour les ch teaux du coin.Surprise ! mais force est de constater le lendemain en faisant le tour des remparts de Ste Suzanne, que le ch teau est bien éclairé à l’intérieur !!!
Le circuit du dimanche est tout aussi plaisant que la veille. Petit cassoulet le midi pour se sustenter et retour avec une Monique aussi débridée que la veille . Je dis Monique car Françoise et Pierrick nous ont quittés le matin pour rejoindre leur progéniture qui participe à un concours équestre.
Voilà 2 jours passés dans une ambiance chaleureuse sur des chemins magnifiques, en excellente compagnie.
Rando Mayenne,
rando on t’aime,
merci Yves pour cette sortie et à la prochaine……..

Alain


Saint Michel des Loups04/10/2003

Saint a été ce dimanche où nous avons pique-niquer en tee-shirt après un super galop dans les bois.
Michel ou plutôt Bernard nous a préparé un super week-end. Merci à lui et merci aux proprétaires du gîte pour les taies et les draps propres.
Des grands fous rires le soir après quelques bulles auprès d’un bon feu de bois.
Loups voyer, nous l’avons fait dans les chemins de douanier avec le Mont St Michel en point de mire et dans les sentiers sous les ch taigniers.
Point de doute, un très bon week-end. On s’en souviendra longtemps

Christine


Canada26/07/2003

C'est du Ranch de Dewy,
Dans la province de l'Alberta,
Région du Kananaskis
Que 14 Cavaliers randonneurs
Ont fait, durant 14 Jours, des chevauchés en coeur:
Notre Far West : Le Canada

Calgary, Okotoks, Villes très aérées
Black Diamonds, Turner Valley seront nos repères civilisés

Les Choses sérieuses débutent:
Réveil dès 7 heures du matin
Petit Déjeuner à 8 heures dès le toscin;
Pan cakes, bacon, Oeufs brouillés
Café bouillu, Thé corsé
Nous voilà Tous repus.
10 Heures, Départ des randonnées
Nous découvrons les méandres des Rocheuses;
Forêts de pins , sapins, Terre d'humus
Bois morts, voire même brûlés...
Nous sommes sous le charme de la Nature
Les sentiers suivent la rivière infatigable
Les Clairières illuminées de Superbes fleurs
Précèdent les grimpettes interminables.

La Pente se raidit davantage:
Longues rênes, le cheval allonge énergiquement l'encolure
"Aider le che..eval !" nous dit le cow boy
Quitte à se prendre le pommeau dans l'estomac!
Il nous faut ménager notre monture.
Enfin , nous franchissons le col:
Le panorama est à son comble : 360°
Nous sommes à la limite du Partage des eaux entre l'Atlantique et Pacifique
C'est l'apothéose: Sublime....
Le Pique nique sera pris en plein ciel, bien sûr !!!!

Les chevaux attachés somnolent instantanément
Ils sont très impressionnants:
Ils ne bronchent pas pour grimper
Ils ne rechignent pas pour galoper
Ils nous sont très attachants
Nous leur avons accordé toute notre confiance!

La descente dans la vallée
Se fait avec le respect de nos compagnons
Il nous faut mettre parfois Pied à terre
Pour qu'ils soient au diapason.

Dès le retour au camp,il faut penser à la douche
Oh que dis-je à la toilette dans la rivière
Eau à 5° et pas question de faire la moue
Mieux vaut mettre les pieds sur une pierre!

Soirée enjouée par les cordes de la guitare
ou rythmée par les touches de l'accordéon
Dès 21 heures c'était le calme dans les brancards
Chacun se reposait sous son édredon

Grizzli, Wapiti, Chèvres des montagnes, Tamia, Pica
Ecureuil, Aigle, Ours noir avec ourson, Orignal et son petit...
Une faune Riche dans un décor grandiose et somptueu
Beaucoup d'émotions , de bonheur et de curiosité
En observant ces animaux aux allures intimidées
Nous retiendrons l'image de cette Maman Ours et son petit
Se dressant debout et humant l'air sans se préocuper de notre présence
Maman Orignal qui voulait rejoindre son petit Elan et nous dans le sentier .....
Vraiment les Rocheuses , on s'en souviendra

Les déboires et aventures de certains, les unes et les autres se reconnaitront
Ne nous laisserons pas insensibles au charme de ces cow-boys que sont
Ken, Kevin, Eizer, Ma Dalton, Jane et Dewi
"A CHEVAL, mon Ami ...."

Eliane


Stage 1er secours26/04/2003

Nous étions 5 pour écouter l’infirmière nous expliquer le comportement à tenir en cas de secours urgents… Quelle matinée, avec les travaux pratiques à l’appui, quelle infirmière si persuasive pour nous laisser tomber dans coma ( pour faire semblant ). Patrick a perdu connaissance de nombreuses fois pour que nous le rotation suivant les us et coutumes de secouristes avertis ( es) . Il se laisse dégrafer le bougre, retourner comme une crêpe…

Henri


Presqu'île de Rhuys19/04/2003

Un Week-end aussi ensoleillé
Nous n’aurions pas mieux rêvé ! !
Douze chevaux et Quatorze Cavaliers
Nous voilà prêts pour la randonnée

Balade le Samedi après-midi
Pour découvrir la presqu’île
Marécages, branches basses, et tuti
Copieux menu pour les avertis

Fin de journée
Chemin de croix pour veillée
Quelques escalades
A la Veillée Pascale

De bonne heure
Et de bonne humeur
Les cavaliers partirent sereins
D’autres, firent le marché, ce dimanche matin

Œufs, cloches, et chocolats
Réconfortèrent les enfants, las !
Huîtres, « Zigounettes de Saint Gildas,
On s’en souviendra »

La plage n’a pas été oubliée
Il fallut bien tout contrôler
Car certains de nos bourrins
Chauffèrent sous leurs arrières-mains

Balade pédestre en nocturne
Pour mettre la Couverture..
Et vérifier si les « cinglés »
Ne s’étaient échappés !…
Mais enfin … , Je crains
Qu ‘il en avait trop pris, hein ?

Dernière boucle en ce lundi
Pour apprécier la presqu’île
Beauté du paysage
Accompagnés de quelques nuages
Mais ça ne fait rien,
Je serais « Riche » Demain
Le coucou a chanté
Pour la 1ère Fois, cette année

Eliane


Stage d’orientation à Fougères29/03/2003

Alors, récapitulons… Tu places la flèche de rouge sur le nord de la boussole. Tu poses la boussole sur la carte en gardant le nord : tu superposes le méridien* de la boussole sur celui de la carte. Tu orientes l’azimut* vers la direction à prendre pour que la flèche rouge se retrouve dans la flèche creuse de la boussole et que les méridiens soient de nouveau alignés. Tu suis l’azimut en gardant la flèche rouge dans la flèche creuse. Tu regardes aussi sur la carte les indices (talus, fossé…) qui peuvent t’aider à te repérer.
Bon, j’espère que ces explications suffiront à Hervé. Je l’ai fait pour me faire pardonner la couleur marron prise par sa voiture ( toute propre de jeudi… ) lors du brossage des chevaux, le samedi midi.
* Pour les absents, les explications seront données lors d’un prochain stage, si besoin.
Passionnant, notre animateur, mais quel casse-tête au début du stage ! Je ne comprenais pas grand-chose. Heureusement, après la théorie, la séance pratique pédestre m’a permis d’y voir plus clair. Vers midi, j’étais prête pour partir à l’aventure et pour boire l’apéro, manger le repas préparé par nos hôtes dont l’accueil fut très chaleureux. L’après-midi, j’ai compris pourquoi notre Président jurait quand Prince remuait. Superposer les méridiens, tourner l’azimut sur la carte qui ne doit pas bouger… quand votre monture cherche ici ou là une touffe d’herbe printanière, ça énerve…Vers 17 h 30, notre animateur nous quitte et certains d’entre nous décident de profiter du beau temps pour un circuit d’une petite heure comportant deux galops à couper le souffle.
Le lendemain, le lever ne fut pas brutal et le soleil était encore au rendez-vous. A cheval pour une boucle qui nous a permis de mieux comprendre l’étendue des dég ts provoqués par la tempête et d’apprécier la diversité des paysages et des chemins.
Bref, même les plus chevronnés d’entre nous ont appris ce week-end. Imaginez ce qui s’est passé pour les néophytes !


Lassy02/03/2003

A mon tour de m’y coller…Merci à Evelyne, qui a pensé aux boissons chaudes :café, thé,… et aux p tisseries maison…Avant tout, je constate que le parc automobile de l’ATEPV se porte bien :vans rutilants, camion flamboyant (nous ne citerons pas de marque !! ni les propriétaires !!). Puis un miracle météorologique : le soleil sur les landes bretonnes sans les fleurs. Mais notons que l’eau à Lassy est présente et pas en petite quantité ! Rivières, torrents (Henzo avec un H , 1m74, était pour une fois avantagé) plage sans le sable, mer sans la marée, etc…. Nous avons pratiqué les montagnes russes : descendre, monter, descendre, monter. Nous avons développé la musculature de nos équidés, et pourquoi pas pour un CSO Grand Prix ATEPV ??? Un grand merci à notre guide, « y’a pas photos » il aime sa région. A bientôt en rando avec l’équipe ATEPV au complet (surtout les femmes, pour parler cuisine…)

Guéna


Dressage01/03/2003

Ma cavalière m’enferme dans le van et, après une vingtaine de minutes, elle me débarque près d’une carrière au sol gris. Bizarre ! Elle me passe un licol et une grosse longe qui ne m’appartiennent pas. Curieux ! Ensuite, je me demande à quoi elle se shoote car franchement quelle explosion !
- Elle agite les bras comme un canard !
- Elle m’enfonce ses doigts sur plusieurs parties du corps !
- Elle me regarde d’un air mauvais et tourne vers la gauche puis vers la droite !
- Elle me tripote avec la longe, un stick, un sac plastique !
- Elle me fait signe avec son petit doigt de venir, mais en fait, elle s’énerve et finit par faire trembler la longe jusqu’à ce que je recule!
- Elle appelle un grand gaillard encore plus défoncé qu’elle quand je fais ce qui me plaît !
Heureusement, je suis intelligente et je finis par comprendre ce qu’elle veut ! Bref, le soir, je reviens dans le pré, fatiguée, mais moins que ma cavalière…
Depuis, elle me refait le coup de temps en temps quand elle me sort du pré. Et une autre fois, elle me ramène dans cette carrière avec ce grand gars et elle recommence. Enfin, c’est moins violent…Lors de la dernière randonnée, elle ne s’énerve pas lors des marches, car je reste derrière elle. Elle n’aime pas que je la bouscule. C’est peut-être parce qu’elle vieillit. Maintenant, je vais faire attention !

Decibelle


Noël des cavaliers de l’ATEPV22/12/2002

Dimanche 22 décembre fut aussi pluvieux le matin, que le soir du Noël traditionnel. Alors les quadrupèdes restèrent au pré et les bipèdes se retrouvèrent vers 13 heures au gîte des Ecuries de la Valière. Ce repas festif permit à certains de revoir l’Espagnol qui maugréait après le temps breton. Les plus débauchés finirent à l’estaminet Gauffre où parties de tarot et de belote s’enchaînèrent tout en buvant champagne et bière afin d’arroser les quelques hivers du tenancier.Sieur Maignan faillit même en oublier le dîner familial mais Dame Monique piaffa d’impatience.

<< PrécédentsPages : 1 2 3 4 5 6 7 8  Suivants >>